Les troubles pigmentaires : taches solaires, mélasma

 

Les désordres pigmentaires sont très fréquents et souvent invalidants esthétiquement. Quel que soit leur type et leur traitement, il est indispensable d’instaurer un traitement cutané à base de protection solaire et de cosméceutique dépigmentante sur-mesure pendant quelques mois avant de réaliser une procédure médicale. Une non-préparation de la peau peut, au contraire, favoriser une hyper-pigmentation post inflammatoire indésirable dans les suites du soin.

 

On distingue :

Les taches solaires du visage :

Les taches solaires ou Lentigos sont assez souvent très atténuées par différents traitements en une à trois séances : azote liquide, Laser Q Switch,  Lampe flash, Peeling TCA moyen localisé ou complet du visage.

Cependant, ces taches peuvent récidiver  dans les mois suivants et nécessiter des séances  d’ entretien.

Si une tache résiste plus que les autres aux traitements et parait différente, il conviendra de faire pratiquer une biopsie pour éliminer un possible lentigo malin.

 

 

Le Mélasma :

plus connu sous le terme de « masque de grossesse ». Il s’agit d’une pigmentation du visage diffuse et étendue en carte de géographie sur une peau trop photo-exposée et fragile sur le plan pigmentaire.

Sa physiopathologie ainsi que son traitement sont plus complexes. On part sur un traitement de longue durée : plusieurs années….

Le traitement relève essentiellement de la mise au repos des mélanocytes par le biais de cosméceutiques contenant des principes actifs diminuant l’activité mélanocytaire et d’une protection solaire large spectre quotidienne pour bloquer les UV.

Souvent, le mélasma est associé à une fragilité vasculaire et parfois, à une hyper séborrhée. Il est très important de  traiter ces deux terrains de façon conjointe à celui du mélasma car tant la perméabilité vasculaire que l’hyper sécrétion de sébum stimulent la synthèse de pigment.

 

Ainsi pour le Mélasma je préconise :

 

Une cosmétologie active : agents dépigmentants (Vitamine A,

vitamine C, Arbutine, Phloretine, Acide tranexamique…), produits peelings, écran solaire,

 

Un à deux peelings dépigmentants par an / Mela Peel de Dermaceutic, Amelan,

 

– Parfois : Laser vasculaire KTP en cas de fragilité vasculaire associée, ou Lampe Flash. Si hyper séborrée : Alafast. Ces traitements peuvent provoquer une hyper pigmentation passagère.

 

L’acide tranexamique ou Exacyl par voie orale est proposé depuis deux ans pour atténuer le mélasma surtout en période d’été. Ce traitement donné habituellement pour  des troubles hémorragiques me semble actuellement dangereux car il peut être à l’origine de thromboses veineuses (phlébite, embolie pulmonaire). Le Covid étant à l’origine de coagulopathie, il me semble inapproprié pour l’instant de rajouter un risque de thrombose en période de pandémie pour atténuer un mélasma qui récidivera à l’arrêt de ce traitement. Le jeu n’en vaut pas la chandelle !

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail